"Les mots qui touchent l'âme - Découvrez la plume de Juliette Norel"

Poussière d'étoiles

Confidence de plume sur les frontières fragiles entre la plume et la main qui la tient. Entre une héroïne de papier et celle qui la crée

6/5/20242 min lire

Il y a trois lunes et quelques poussières…

Je me suis rendu compte que je me cachais derrière de faux prétextes, comme celui de manquer de temps.

Je remettais systématiquement à plus tard la poursuite de l’écriture de mon nouveau roman. Au fond de moi, je savais, pour l’avoir compris en échangeant avec les auteurs floués de mon ancienne maison d’édition, que c’était un sentiment partagé par tous. En renonçant à écrire, d’une certaine manière, je la laissais gagner…

Alors, je me suis battue pour récupérer les droits de mon premier roman. Je l’ai auto-édité sur Amazon, j’ai tout revu, modifié des éléments, tout détruit pour tout reconstruire.

Une fois que j’estimais mon bébé d’encre et de papier en sécurité, j’ai repris la plume et le clavier pour ne plus les lâcher, malgré les secousses, les doutes et les incertitudes, malgré les déceptions du passé, pour continuer l’écriture de mon futur nouveau roman

“Si je ne t’ai pas, personne t’aura”.

Je dois avouer que j’avais presque oublié à quel point l’écriture m’était vitale, indispensable à mon équilibre. Je me sentais déséquilibrée, bancale, sans vraiment reconnaître que la plume que j’avais laissée choir engendrait un vide en moi.

Aujourd’hui, je pense constamment à mon manuscrit et à ce que je vous raconte de moi ici, dans cette bulle qui n’a plus rien de virtuel tant les liens noués sont intenses et puissants.

Dans cet univers qui n’appartient qu’à nous, je vous livre des passages de mon livre mais aussi des bribes de ma vie.

Il n’est plus seulement question de mon héroïne, homonyme de prénom. Cette petite Juliette dont je vous fais suivre le parcours dans ces deux opus très différents l’un de l’autre. Les contours se floutent chaque jour davantage, puisque je mets dans ses traits et dans son existence de papier, beaucoup de moi et de ceux qui ont jalonné mon parcours. Lors de la rédaction d’“Une anonyme au bout du fil”, j’ai même, un temps, songé à changer son prénom pour éviter les amalgames, mais je ne peux m’y résoudre…

J’aurais l’impression de la travestir, de la trahir, de me trahir.

C’est une Juliette, il n’y a pas de doute. Et sa vie est imbriquée dans la mienne, et vice versa. Elle est tout ce que je n’ai jamais dit, tout ce que j’ai toujours caché.

Une éternelle romantique malgré les tragédies, qui ne peut s’empêcher de rêver d’amour passionné, passionnel, mais qui, à chaque instant, risque de s’envoler et s’enfuir à tire-d’aile si un homme s’approche trop près de son cœur barbelé. C’est une amoureuse de l’Amour mais qui a perdu son Unique et qui le cherche sans y croire à travers les vicissitudes de la vie.

Nos destins sont imbriqués, ce n’est plus seulement elle qui reprend vie sous ma plume puisque je respire plus profondément à chacune de ses pages, à chaque ligne ou à travers tous mes points de suspension…

Ça a toujours été ma ponctuation préférée… tant de paroles s’y taisent.