Le conte pour enfants d’hier et d’aujourd’hui

Fin août je vous racontais dans le post « Une once de poussière d’étoiles » que j’avais retravaillé un conte écrit il y a plusieurs années pour ma fille qui était , en crèche, à l’époque..

Et puis cet été,comme une évidence, alors que ce texte dormait depuis longtemps, sans que je n’y pense vraiment…il était là c’était tout, comme un réconfort secret planqué au fond d’un tiroir, trimbalé au gré des déménagements.

J’en ai sans doute rêvé puisque ce matin-là en m’éveillant je l’avais en tête avec la conviction qu’il devait être édité.

Ce n’est pas vraiment ce que j’écris depuis quelque temps pourtant et surtout c’est la première fois que je m’adresse à un lectorat dit d’enfants. Pour autant, c’est du « moi » avec des mots toujours choisis pour leurs mélodies, leurs musicalités… je n’avais pas envie de mots trop simples sous prétexte que le texte s’adresse à un jeune public.

Parce qu’ après tout, comment les sensibiliser à notre magnifique langue française si ce n’est en sélectionnant avec amour des mots qui en font la magie, le trésor?

Je pense que la lecture est un moment de partage, entre vous et moi, entre vos enfants et vous.

Cette histoire se déroule en pays de Brocéliande et met en scène une petite humaine qui s’enfuit de la maison parce qu’elle n’en peut plus d’entendre ses parents se disputer mais elle s’égare dans la forêt et rencontre une petite lutine.

Dans ce conte, j’ai voulu abordé des thèmes comme l’amitié, la tolérance et aussi en filigrane, la place de l’enfant dans des conflits d’adultes.

Si le manuscrit a recueilli un avis favorable du comité de lecture des Editions MAÏA (mon éditeur sur le roman « Une anonyme au bout du fil ») il me restait la partie la plus épineuse du projet: trouver la personne qui me ferait les illustrations.

Parce qu’honnêtement, je dessine à peine mieux qu’un enfant en grande section de maternelle!

Ce conte fait partie de mon histoire, de celle de ma fille et je n’avais pas envie de payer quelqu’un pour des dessins. je ne voulais pas qu’il soit question d’une simple transaction financière, mais j’espérais faire la rencontre de quelqu’un qui tombe amoureux de mon texte, d’un partenaire réel et vraiment investi sur ce projet.

Grâce à une de mes amies sur Instagram, j’ai fait la connaissance de Steven TANGUY qui a tout de suite aimé le texte et m’a proposé des croquis magnifiques!

Evidemment mon éditeur a aimé chacune des illustrations qu’il a mis tant de coeur à réaliser, ce conte est désormais publié et disponible à la commande sur le site des Editions MAÏA

Et parce que pour moi écrire c’est partager, écrire c’est donner son coeur, son énergie, sa force, j’ai décidé de reverser une partie de mes droits d’auteure à l’ Association SUPER « MAX I MOM « ….

On ne parle pas assez de ces cancers pédiatriques qui tuent et arrachent des bouts de chou, qui auraient peut-être pu changer la face du monde, à leurs familles, dans un deuil impossible à faire…

Parmi eux, il y a l’ostéosarcome, cancer hautement agressif qui se développe à partir d’un os.

C’est la tumeur maligne osseuse la plus fréquente chez l’adolescent et le jeune adulte et elle touche 100 à 150 nouveaux patients par an.

Parmi les victimes de cette maladie sournoise, il y avait Maxence, un petit garçon courageux qui s’est éteint le 23 novembre 2021 laissant derrière lui, une famille aimante qui se raccroche à ce combat pour qu’il n’y pas plus jamais d’autres enfants…

N’hésitez pas à faire un don à l’association créée par Mary sa maman-courage qui reverse les sommes récoltées à la recherche

XOXO

Juliette

Derniers Articles

« Tu étais habillée comment? »

aujourd’hui je vous parle d’une exposition très courageuse affichée dans le hall de la Mairie de St Sébastien sur Loire.
Je remercie Nathalie LE GOFF en charge de l’égalité Femmes-Hommes.
Une très belle rencontre, une très belle personne

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Suivez-moi

Recevez du nouveau contenu directement dans votre boîte de réception.