Extraits écrits

Prologue

Dans le monde, chaque jour, plus de 380.000 bébés poussent leur premier cri, quelque part…

On dit que rien n’est le fruit du hasard, que chacun de nous, chacune de nos âmes choisit ses parents, son chemin de vie, ses handicaps et que nous avons tous un but sur cette terre.

On dit aussi que nous savons tout, absolument Tout des secrets et des mystères de l’univers mais aussi de nos vies passées et de ce qui nous attend en ce monde mais que, juste avant que l’on se décide à sortir de notre berceau aquatique, bercé par les battements de cœur de notre génitrice, un ange descend poser son doigt juste au-dessus de notre bouche pour nous condamner au silence et à l’oubli…

« chut ! Ne dis rien, oublie ce que tu sais…”

On commence donc notre vie ici-bas, amnésique et avec un bandeau invisible sur les yeux, comme pris dans un gigantesque jeu de colin-maillard, avec pour mission de faire mieux que dans notre vie précédente, chargés des bagages parfois lourds de notre âme et ceux de notre lignée.

C’est ainsi qu’il y a quelques décennies, quelque part autour du globe, est née une toute petite fille aux yeux ronds et noirs comme le jais, un jour d’automne qui ressemblait à un matin d’hiver auvergnat.

Une toute petite Juliette, qui semblait un peu pressée de se confronter au monde, avec un mois et demi d’avance selon les pronostics des médecins, sans doute impatiente de vivre cette vie toute neuve, pour réparer, progresser.

Nue comme un ver, amnésique, vulnérable comme seul sait l’être un nourrisson et investie d’une mission qu’elle a totalement oubliée…

Mais que diable est-elle venue faire dans cette galère?

Rose

France, La mère de Juliette, comme une éternelle funambule tour à tour au bord de l’explosion ou de la chute est le fruit d’un père issu de la bourgeoisie locale et d’une mère, fille d’immigrés italiens née en France, entre 2 guerres…

Une famille bourgeoise de province dont le seul fils épouse une ritale pauvre… Fallait imaginer le bordel!

Elle était belle, élégante, confiante en elle et en sa destinée qui semblait lui sourire à pleines dents..

Elle portait le prénom de la reine des fleurs, aux multiples épines pourtant..

Lui, charismatique et sophistiqué, héritait dans ses gênes la fierté de son sang.

Pourtant, la richesse du temps jadis, avant la seconde guerre et la pestilence qui entoura la ville de Vichy, commençait à fondre irrémédiablement..

Peut-être que cet amour était immense, dévastateur, passionnel

Comme une évidence

Nul ne sait..

Les mémoires de ce temps, se sont envolées vers d’autres cieux

Et l’histoire de Rose et Louis se consuma dans les flammes, à l’arrière d’une vieille traction…

Et l’hibiscus

…malgré les différences sociales et des vies que tout opposent.

Ils tombent amoureux et décident de se marier, contre l’avis de sa famille à lui.

Comme dans un conte, ou une love story

Une petite fille était déjà en route, il fallait régulariser la situation, selon certains murmures

Mais peut-être que cet amour était immense, dévastateur, passionnel, comme une évidence

Nul ne sait…

Les mémoires de ce temps se sont envolées vers d’autres cieux

Et l’histoire de Rose et Louis se consuma, dans les flammes, à l’arrière d’une vieille traction

Dans un brasier allumé d’une mail mal assurée, un chaud matin d’été.

Pourtant, entre vouloir et pouvoir, le destin se moque parfois de nous,

Les soldats du feu éteignirent trop vite, ce brasero d’acier

découvrant

Louis, inconscient, pantin désarticulé

Le visage, de cire et juste un hibiscus mouvant qui s’élargit sur sa tempe droite

Mettant à jour de leurs lances

les secrets d’une famille noble, pourtant, déshonorée demain

La voix du délit

Le monde merveilleux du Télémarketing, elle en a fait sa cachette aux yeux et à la folie du monde.

Planquée au cœur du cyclone, juste une voix dans votre téléphone.

Elle a à peu près tout fait Juliette dans ce monde vocal presque parallèle.

– Des appels sortants pour proposer tout un tas de biens ou de services dont vous n’avez pas besoin (pas encore !)

– De la prise de rendez-vous pour changer vos fenêtres, mettre une véranda ou un système de télésurveillance dans votre deux-pièces sur cour

Encore des rendez-vous pour aller voir votre conseiller financier de la Banque Postale pour préparer vos obsèques (si si ! Faut y penser!)

Elle a vendu des produits agricoles à nos paysans sur l’heure du déjeuner ou après la traite du matin quand ils font enfin une pause, fourbus de fatigue.

Elle a réveillé vos bébés à l’heure de la sieste, vous a empêché de voir votre JT, d’assister à une scène critique de votre série, manquer un appel tant attendu, et certainement pire !

En un mot c’est l’ennemi anonyme de la quiétude de votre foyer, celle qui systématiquement vous fait lever les yeux au ciel mais que n’osez pas forcément interrompre.

Mais pour qui a appris à se méfier du monde extérieur et des « vrais » gens, cet univers 2.0 est un havre de paix, une bulle de protection.

Et puis c’est tellement mieux que serveuse.

Elle a commencé sa vie professionnelle comme ça ; jupette noire et tablier blanc, à porter de sophistiquées assiettes à des cochons friqués, ses pieds hurlants le martyre à force de se tenir debout et à trotter entre l’office, le passe-plat et la salle.

Parce que c’est une rebelle, Juliette, qui n’a pas voulu rentrer dans le rang, parce qu’elle voulait ne dépendre de personne et s’affranchir de ses parents qui lui semblaient alors d’intimes étrangers qui assistaient, immobiles et silencieux à son naufrage intérieur.

Papa ; prof et maman ; psy !

Finalement l’adage sur les cordonniers est on ne peut plus juste.

Depuis presque une décennie, Juliette se dissimule derrière ses doubles écrans et son casque de téléactrice.

Fuyant une réalité terrestre qui lui a déjà fait tellement de mal et les « gens » qui ne peuvent plus l’atteindre puisqu’elle n’est plus que ce que l’on entend d’elle dans un combiné.

Mais à 20 ans, elle ne sait pas que l’Ennemi n’est pas forcément où elle le pense alors.

Elle ignore qu’elle devra terrasser un dragon intime et mener encore tant de. combats


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.