Les trois épées #extrait 26 Une anonyme au bout du fil

Ils sont tous les trois en caleçon et Juliette, à quinze ans, n’a pas l’habitude de voir des garçons si peu habillés.Elle a l’impression d’être une intruse, ne se sent pas à sa place.

Pourtant, elle s’assoit sur le lit en tirant sur le bas de sa robe.

Les garçons échangent un regard puis comme si Greg avait lancé un ordre silencieux, Jules et Florian se lèvent, quittent la chambre et ferment la porte. Une vieille porte en bois, avec une serrure à l’ancienne.

Greg lui prend la main et l’allonge à côté d’elle. Il l’embrasse dans le cou et descend de plus en plus vers sa poitrine. D’abord enivrant, l’insistance de ce baiser la fait rapidement se raidir, elle réajuste sa robe pour l’empêcher de dévoiler son soutien-gorge. De sa main gauche, il remonte le long de ses cuisses tout en continuant de plaquer sa bouche contre son corps, Juliette se crispe, et lui demande d’arrêter.

Pendant qu’il continue à faire semblant de ne pas entendre, elle perçoit par-dessus les bruits de bouche de Greg, un bruissement derrière la porte et voit un iris marron la fixer à travers la serrure, orpheline de clef. Quelqu’un est en train de les observer !

Elle se relève d’un bond, repousse violemment Grégory et va pour sortir. Mais soudain, la porte s’ouvre, les deux autres s’engouffrent dans la chambre, et ferme à l’aide d’un antique trousseau apparu comme par magie.

Juliette essaye de les esquiver et de passer derrière eux mais Julien l’attrape par le bras et la jette sur le lit, en la faisant pivoter, comme une pauvre poupée.Elle hurle, Grégory la gifle à toute volée.

Sonnée, elle retombe sur le lit, tente de se relever mais un bras de titan la retourne sur le ventre et la maintient ainsi en appuyant sur son dos, au creux de ses reins.Une autre main qu’elle n’identifie pas, plaque sa nuque contre le matelas, l’empêchant presque de respirer. D’autres mains encore, comme sortantes d’un monstre aux multiples bras lui enserrent les chevilles.

Elle est immobilisée, ses cris désespérés s’étouffant, en vain dans les draps.

Elle sent le goût alcalin de ses larmes dans la bouche et entend ses propres suppliques assourdies par le textile qui entrave son visage. Brusquement, on lui arrache sa petite culotte.

Elle essaie de tortiller son corps pour échapper à l’emprise, on lui répond par des rires.

Soudain, une déchirure dans ses entrailles, comme une épée qui pénètre et fouille son intimité dans un va et vient d’une violence si inouïe qu’elle lutte pour ne pas s’évanouir, 

Au moins rester consciente…Ne pas céder.

Il y aura trois épées, à tour de rôle.

Un commentaire sur « Les trois épées #extrait 26 Une anonyme au bout du fil »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s