Poupée déglinguée

#Confidence

Je l’ai peut-être malmené,

à me jucher
sur des talons trop hauts,
ou, peut-être, ai-je trop longtemps porter des fardeaux qui n’étaient pas les miens,
tout un monde sur mes épaules de jolie petite marionnette,
toujours apprêtée, coiffée, maquillée.

Fragile sous ma cuirasse,

mais jamais de larmes…

Toujours debout, rien n’y paraît..

Ou alors
est-ce, une punition karmique

d’une vie dont je n’aurais aucun souvenir?

Mais un jour,

mon corps m’a lâchée.
Une mauvaise chute et ma vie a basculé.
Je suis une poupée déglinguée,
un pantin desarticulé.

Quand on me croise
rien ne se voit, ou peut-être une légère faiblesse dans une démarche autrefois si assurée.


Pourtant, si vous saviez, comme la douleur me cloue sur place parfois,
comme je hurle souvent, pleure et jure,

d’impuissance et de souffrance..
Mais je continue à me tenir debout, à faire face, à rester fière..
Presque toujours.

Je ne suis pas malade,
juste une poupée de chiffon déchirée,
allergique à la pitié.

Il n’y a pas vraiment de mots pour exprimer la violence d’un corps qui a mal…
C’est, un peu,
comme un chagrin d’amour,
qui ne l’a jamais vécu,
ne le comprendra jamais…

Publié par

auteure inspirée par les renaissances qui jalonnent nos vies... sur le fil des confidences

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s