et l’hibiscus

Une anonyme au bout du fil

par Juliette Norel

…malgré les différences sociales et des vies que tout opposent.

Ils tombent amoureux et décident de se marier, contre l’avis de sa famille à lui.

Comme dans un conte, ou une love story

Une petite fille était déjà en route, il fallait régulariser la situation, selon certains murmures

Mais peut-être que cet amour était immense, dévastateur, passionnel, comme une évidence

Nul ne sait…

Les mémoires de ce temps se sont envolées vers d’autres cieux

Et l’histoire de Rose et Louis se consuma, dans les flammes, à l’arrière d’une vieille traction

Dans un brasier allumé d’une mail mal assurée, un chaud matin d’été.

Pourtant, entre vouloir et pouvoir, le destin se moque parfois de nous,

Les soldats du feu éteignirent trop vite, ce brasero d’acier

découvrant

Louis, inconscient, pantin désarticulé

Le visage, de cire et juste un hibiscus mouvant qui s’élargit sur sa tempe droite

Mettant à jour de leurs lances

les secrets d’une famille noble, pourtant, déshonorée demain

Publié par

auteure inspirée par les renaissances qui jalonnent nos vies... sur le fil des confidences

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s